La diversification alimentaire, recommandée à partir de l'âge de 6 mois, marque une évolution importante dans le développement de l'enfant. Mais elle doit rester progressive pour tenir compte de ses capacités masticatoires, digestives et de ses réactions allergiques possibles.

Aussi, quelques semaines après lui avoir fait découvrir les légumes, vous pourrez lui proposer des fruits rouges. N'introduisez qu'un seul fruit à la fois, avec pourquoi pas un peu de pomme ou de banane, pour que l'enfant s'initie au goût et apprenne à les reconnaître un par un.

Vers 7 mois, vous commencerez par les lui donner cuits, en compote, avec une pomme par exemple, pour réduire l'acidité et éviter les diarrhées car, à part le cassis et la groseille, les fruits rouges contiennent beaucoup de cellulose, fibre aux effets laxatifs. Il les appréciera aussi sous forme de jus ou de coulis pour aromatiser fromage blanc ou yaourt. Attendez ses 8-9 mois pour les lui proposer crus, mixés.
Ensuite, vers 9-10 mois, il pourra les manger écrasés à la fourchette en les mélangeant avec un peu de pomme ou de banane. Pour indication, la quantité adéquate est de 180 g en deux fois. A l'âge d'un an, découpez-les juste en morceaux (240 g en deux fois). Cependant, pour éviter tout risque de fausse route, attendez qu'il ait au moins 2 ans avant de lui donner des myrtilles, groseilles, cassis et mûres entières. Les cerises, quant à elles, seront consommées assez tôt en compote mais crues et sans noyaux, elles sont très souvent sources de ballonnements. Les fruits doivent bien entendu être sains, lavés, frais et mûrs pour ne pas irriter l'intestin de l'enfant. 

Quelles en sont les vertus ?

Pauvres en calories, moins sucrés que les autres fruits avec 5 à 10 % de glucides ' excepté la cerise avec 15 % ' et riches en fibres, minéraux (notamment en potassium), oligo-éléments, vitamines C, B et E, en calcium et en fer, les fruits rouges sont recommandés dans la diversification alimentaire de bébé. Le cassis est le fruit métropolitain le plus riche en vitamine C, avec 200 mg pour 100 g. 

Sont-ils allergisants pour l'enfant ?

Les fruits rouges, et surtout la fraise, sont réputés allergènes car ils libèrent l'histamine, un médiateur susceptible de provoquer chez un enfant prédisposé l'apparition d'allergies comme l'urticaire ou l'eczéma. Toutefois, les cas d'allergie restent plus rares qu'on ne le croit. Dans l'hypothèse d'une allergie alimentaire reconnue, la consommation de fruits rouges doit être stoppée. Cependant, la sensibilité à l'histamine peut s'améliorer en consommant le fruit en question en petite quantité. Par exemple, pour la fraise, le fait d'enlever les petites graines (les akènes) présentes sur sa peau permettrait de mieux la tolérer.

publicité

PUBLICITE

JSN Megazine template designed by JoomlaShine.com